Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Transpyrénéenne à cheval: un exploit réussi en 56 jours !

 

Claude est un habitué des randonnées à cheval comme nous en faisons plus classiquement, jusqu'au jour où un projet un peu fou prend une tournure inattendue. Lors d'une rencontre sur un stand, il fait part d'une idée qui lui trotte (!) depuis longtemps dans la tête, à Stéphane Bigo: traverser les Pyrénées dans toute leur largeur, de l'Atlantique à la Méditerranée, sans jamais redescendre dans la plaine. Stéphane Bigo, qui n'est pas à un challenge près, est sensible à la détermination de Claude, et lui propose de partir ensemble ! Le projet prends forme petit à petit et c'est le GR10 qui sera leur guide. Hendaye à Banyuls en 56 jours (juillet et aout 97): 1400 km en altitude et 25 cols à plus de 2500 m .Les éleveurs pyrénéens participeront à l'aventure puisqu'ils vont fournir un superbe Merens pour Stéphane, une jument Pottok (un vrai bijou !) pour Claude et une splendide mule pour le bât , autonomie oblige. Le résultat fut au-delà de leurs espérances : rando très dure pour les hommes , les montures et le matériel mais exceptionnelle par les moments forts que ceux qui connaissent les Pyrénées peuvent imaginer. Ce qui devait arriver arriva: une solide amitié naquit entre les 2 hommes et un amour impossible entre Stéphane et la mule ...

C'est donc avec des montures exclusivement pyrénéennes et donc parfaitement adaptées au relief et au climat, que les 2 cavaliers sont partis le 15 juin 97 de Biarritz pour arriver le 11 août à Banyuls-sur-mer au terme de 56 jours de randonnée dans des conditions parfois très difficiles , constamment entre 1000 et 2400 m d'altitude !

Velours de Sié, cheval de Merens ariègeois, et Cattixa, jument Pottok du pays basque suivi d'une mule des Pyrénées bâtée ont été les fidèles compagnons de cette formidable randonnée !

Pour cette randonnée,Claude Carcy utilisait pour la première fois une selle Longue-Distance avec corne

 

PARIS-BURGOS : il s'en souviendra longtemps !

En 2001, Claude repart mais en solo. Il a retrouvé la ravissante jument pie Pottok Cattixa (11 ans)et après bien des péripéties , de promesses en désistement, il décide de bâter sa fidèle jument Phèdre (17 ans). L'idée est de partir de ST Maur -des-fossés (banlieue parisienne) , passer par Roncevaux (pour faire la bise à Béatrice) puis poursuivre par St Jacques -de-Compostelle, enchainer par la traversée du Portugal Nord-Sud jusqu'à Leiria à la mi-aout, ville jumelée avec ST Maur-des-fossés. De-là, Claude veut obliquer sur l'Andalousie ...objectif Gibraltar et après basta... on verra bien ! Bien sûr, l'autonomie est de rigueur et la tente plus le ravitaillement (prévu pour 5 jours) seront sur le bât soit 60 kg au total, bât compris.

Durée approximative: 5/6 mois... distance: 3000 km ... arrivée prévue en Septembre 2001

Départ prévu pour le 28 avril pour filer sans trainer (quand on connait Claude, on peut imaginer effectivement que çà va pas trainer !) pour être au rendez-vous avec Béatrice dans les Pyrénées (Roncevaux).
PATATRAS !!! l'accident ...

He oui, la randonnée c'est aussi çà ! 3 jours seulement après le départ, dans une descente délicate en pleine forêt d'Orléans, les juments s'emballent: Phèdre et Cattitxa repartent à fond vers leur point de départ laissant un Claude abasourdi courant désespéremment derrière . Ce n'est que 3 kilomètres plus tard qu'il retrouvera les juments en train de brouter tranquillement ! Bien sûr, le bât est soigneusement dispersés tout le long de l'épopée et il faudra un bon moment pour retrouver presque toutes les affaires.

Que s'est-t-il passé ? Claude essaye de comprendre. Une erreur, une négligence, une distraction ... tout semblait bien se passer. Tous ceux qui ont des chevaux comprendront ce genre de situation !

Inventaire fait, le matériel n'a pas trop souffert: seul l'arçon de bât en bois est cassé, toute la partie harnachement est intacte ( et on en est fier !). Par contre Cattitxa s'est fait une mauvaise prise de longe. Impossible de continuer avec cette blessure. Claude décide de remettre les compteurs à zéro.Il appelle ses sponsors: la mairie de St Maur-des-Fossés suit toujours. Pour nous, pas de problème, on rassure Claude: la randonnée, s'est aussi çà et ce sera une expérience de plus. A lui d'en tirer les leçons. En tout cas on n'est encore partant dès qu'il se sent prêt.

NOUVEAU DEPART:
un randonneur c'est têtu , mais un randonneur berrichon, c'est encore plus têtu !

1er bât en bois

2ième bât à croisillons

1 mois et demi après cette mésaventure, le matériel révisé et Claude regonflé. Le nouveau départ est prévu pour le 28 juin à l'endroit même ou s'est arrêtée la première tentative . Cependant Cattitxa est à peine rétablie, et il n'est pas prudent de repartir avec elle. Claude chevauchera donc sa jument personnelle et le bât sera porté par un poney Fjord du style "flegmatique du moment qu'il y a à manger ce soir" ! Le voyage s'est bien passé cette fois-ci malgré beaucoup de pluie qui érodait parfois le moral de l'équipe. Malheureusement une rage de dent a interrompu cette aventure alors que Claude arrivait en vue du Portugal.

Col de Roncevaux

..... passage du bac

Sur la route espagnole

Début septembre :FIN DU PERIPLE à BURGOS

1300 km en 65 jours en autonomie complète

Question sellerie: Claude est déjà équipé d'une LONGUE-DISTANCE (avec une corne ) avec laquelle il file le parfait amour, il n'est donc pas question d'en changer. Par contre, nous lui avons fabriqué pour cette nouvelle rando, un harnachement complet de bât pour sa jument. Claude nous a fourni l'arçon. Il a opté pour une bricole articulée avec 3 réglages , dont le contour suit les épaules. Par contre nous n'avons monté qu'une sangle à brins unique avec un système "3 points fixe" (double-réglage) car il n'y aura jamais un dénivellé très important. L'avaloire est classique mais avec un réglage plus précis que ce que l'on voit d'habitude. On le voit, Claude accorde beaucoup d'importance à la possibilité de régler avec beaucoup de précisions son harnais de bât, ce qui est un choix judicieux pour une rando longue ou le cheval se transforme au fur et à mesure de l'avancement et où il faut prévoir la possibilité de réglages différents en cours de route. Les montages permettront même d'intervertir les chevaux si nécessaire, autrement dit de permuter le cheval de selle et celui de bât. Le tapis de bât en feutre de laine est du même modèle que le tapis Montségur mais en forme de pad et avec un amortisseur de dos intégré.

 

Retour vers "les voyageurs à cheval"

Accueil Général