L'arçon de la selle de randonnée: faire le bon choix ?

Pour bien choisir une selle de randonnée, il faut d'abord opter pour ce qui ne se voit pas : l'arçon !

L'arçon est la structure à partir de laquelle le sellier va réaliser une selle. C'est sa forme et surtout ses caractéristiques physiques qui vont déterminer le type de selle réalisable. Il existe 2 grandes familles d'arçon: celle des arçons souples, c'est-à-dire susceptibles de se déformer sous l'action du cavalier et du cheval et celle des arçons rigides qui comme leur nom l'indique, sont indéformables. Le choix doit donc se porter obligatoirement sur l'une ou l'autre de ces familles sachant qu'il déterminera pour une bonne part le champ de vos possibilités avec votre selle. Aujourd'hui, cela se complique avec l'apparition d'intermédiaires mais néanmoins toujours issus de l'une ou l'autre des 2 familles. Il ne s'agit surtout pas de dire si l'une ou l'autre est meilleure, ce qui n'est pas possible, mais de connaître les avantages et les inconvénients de chacune pour pouvoir décider en connaissance de cause.

Notre intention ici n'est pas de faire une étude technique exhaustive sur les arçons de selle mais de donner quelques éléments de réflexions et sensibiliser au fait que choisir une selle, c'est d'abord choisir un arçon.

pourquoi  un arçon ?

- l'apparition de l'arçon

- son rôle

 

les arçons souples

- avantages

- inconvénients

 

 

les arçons rigides

- avantages

- inconvénients

 

les arçons flexibles

- avantages

- inconvenients

quelques cas particuliers

les arçons Guichard-Sellier

conclusion

L'apparition de l'arçon:

Dans l'histoire de la selle, l'arçon est apparu très rapidement pour augmenter la qualité des rapports entre le cavalier et son cheval. Même les indiens d'Amérique, réputés cavaliers hors pairs, ont bien vite abandonnés leur monte "à cru" pour adopter l'arçon des colons ! Ils ont vite compris que grâce à l'arçon , ils fatiguaient moins leur montures, eux-mêmes fatiguaient aussi beaucoup moins et surtout ils devenaient beaucoup plus efficaces pour tirer à l'arc puis à la carabine puisqu'ils avaient un point fixe à partir duquel ils pouvaient viser beaucoup plus justement. De même, en Asie centrale, où les armées de Gengis Khan n'auraient jamais pu faire de telles conquêtes, de la Chine au Danube, sans leur fameuse selle avec leur arçon en bois de peuplier. On le comprends, l'apparition de l'arçon est liée au développement de l'équitation utilitaire: travail, chasse ou guerre. Pour une simple exigence d'efficacité, les selliers (arçonniers) ont du mettre au point des arçons de plus en plus performants et spécialisés, qui permettent la meilleure utilisation  (plus loin, plus longtemps et plus vite !) tout en gênant le moins possible le cheval car si celui-ci perd son intégrité, il devient inopérant ! Beaucoup de déclinaisons possibles sont donc apparus au cours des siècles, des pires et des meilleures, des extravagantes  et des géniales !

Loin d'être un instrument de torture (quel en serait l'intérêt ?) comme le sous-entendent quelques théories extravagantes que l'on peut entendre ici et là, dignes du new-âge des années 80, l'arçon a un rôle essentiel dans l'art de "monter à cheval".

Le rôle de l'arçon:

En premier, il doit assurer la meilleure répartition possible du poids sur le dos du cheval (trapèze dorsal et grand dorsal) . L'objectif est bien sûr, de le gêner le moins possible, afin qu'il puisse se déplacer dans les meilleures conditions, quelque soit l'allure et le terrain. N'oublions pas aussi, que l'arçon a permis l'usage "actif" de l'étrier qui a été une révolution dans la façon de monter. En second, il doit permettre l'autonomie du cavalier par rapport aux mouvements du cheval. Il est évident que le cavalier "à cru" où "sans arçon" ne peut prétendre à l'indépendance de ses mouvements, ce qui est pourtant la base de l'équitation, car il est intimement lié au moindre mouvement et il se fait donc "balader", ce qui est juste le contraire de l'équitation ! L'arçon, pièce intermédiaire entre ces 2 êtres vivants, va autoriser l'indépendance des jambes (jambes isolées) et des mains (mains fixes) mais aussi une plus grande précision dans les mouvements de bassin. Relire à ce propos les écrits des grands cavaliers, apôtres de l'équitation de légèreté ...

L'arçon souple:

L'exemple le plus connu est celui de la selle dite « anglaise ». L'armature est traditionnellement en bois de hêtre assemblé par mortaises, entoilé et encollé pour lui assurer de la tenue. Il est renforcé par une arcade métallique forgée sous et sur le pommeau et des lames « ressort » en acier trempé qui le soutiennent sur toute la longueur. Aujourd'hui, on trouve plutôt du bois multi-pli avec toutes les variantes possibles depuis le haut-de-gamme "multi-pli de hêtre collé à chaud" et « bois composite » jusqu'au médiocre contre-plaqué ! Il y a également des arçons en matière synthétique souple utilisés par les fabricants de selles industrielles en tissu ou simili-cuir.

La flexibilité des arçons bois est assurée par le rapport entre sa longueur et la résistance des matériaux. Cette souplesse  s'exerce donc essentiellement dans le sens longitudinal, et dans une moindre mesure, en torsion, ce qui pose d'ailleurs des problèmes pour le vieillissement de l'arçon. Il faut ajouter que la taille (longueur de l'arçon) est primordiale par rapport à la corpulence du cavalier : un cavalier léger et petit ne permettra pas à l'arçon de jouer au mieux de ses qualités de souplesse s'il utilise une selle trop grande pour lui. De même, un cavalier trop lourd sur un petit arçon, va l'écraser et l'empêcher d'être réactif.

Tableau des mesures de longueur de siège  en pouces et cm avec équivalence pour notre gamme EVOLUTION

pouces anglais (1" = 2,54cm) 17" (43,18cm) 17,5" (44,45cm) 18" (45,75cm)

Selle EVOLUTION

40 cm

41,5 cm

43 cm

Pour la mesure du siège de notre gamme EVOLUTION, voir en bas de la page:  mesures

Attention: beaucoup confondent la taille d'un arçon (longueur, ouverture au garrot et largeur au passage des jambes) avec la taille du siège . Une selle anglaise de 17,5" ne donne aucune indication sur l'ouverture au garrot (medium, large ,...), ni sur sa longueur hors tout !

Les avantages de ce type d'arçon sont évidents du fait de leur conception:

La légèreté est le 1er point fort. Un arçon standard de taille moyenne pèse environ 1,7 kg. La selle finie va faire entre 6 et 7 kg. C'est bien pour le cheval mais c'est aussi très agréable pour le cavalier.

Le 2ième avantage est le confort pour le cheval qui a sur son dos un objet qui ne le heurte pas puisqu'il se déforme ! Il faut quand même dire que ces déformations sont faibles et il ne faut pas imaginer un arçon qui se plie comme une baguette !

Autre avantage, le confort pour le cavalier qui a un contact moelleux sur le siège. Il faut ajouter que la conception même de l'arçon permet un passage de jambes très étroit et donc que les muscles et tendons de la face interne des cuisses ne sont pas sollicités en tension. Il y a un revers à la médaille car le siège d'une selle anglaise offre une surface relativement petite au cavalier assis. L'étroitesse de l'arçon va faciliter des allures comme le trot enlevé et procurer une sensation de contact avec le cheval.

Il offre un équilibre adapté au saut même si ce n'est pas la 1ère qualité recherchée sur une selle de rando. Attention tout de même aux arçons qui ont les couteaux porte-étrivières reculés: çà peut surprendre lors du franchissement d'un obstacle !

L'adaptation au dos du cheval est facilité par les bandes d'arçon bien cintrées et par la matelassure qui va servir d'intermédiaire mais qui va se déformer en même temps que l'arçon. C'est donc l'arçon qui est sensé s'adapter le mieux à la conformation des chevaux avec une exception pour les dos ronds (garrots noyés) où la selle aura toujours tendance à tourner.

L'arcade des arçons anglais, souvent assez resserrée, est souvent mieux adapté pour les garrots saillants.

   

 Arçons traditionnels en bois et renforts métalliques

Bois Composite: Arçon "Haut de gamme"

Et bien sûr, les inconvénients découlent aussi de leur conception:

Nous avons déjà souligné la petite surface du siège: pour le randonneur qui reste des heures assis au pas , çà peut devenir très pénible ! De plus, la position n'est pas très sécurisante ce qui est logique, ce type d'arçon ayant d'abord une vocation sportive. Le cavalier sportif est souvent au-dessus de sa selle ( trot enlevé, galop en suspension) et rarement assis. En fait, la position est plus technique, moins naturelle et demande un apprentissage via le manège !

Si les matelassures sont souples et rembourrées sur un arçon de selle anglaise, il y a assez peu de surface portante. Les bandes d'arçon font généralement 3 à 6 cm de large maximum.

De plus, le fait que l'arçon soit souple, même si cette souplesse est toute relative, fait que le poids principal (celui du cavalier) va créer une pression supérieure sous lui, en fait correspondant essentiellement à la place de couteaux porte-étrivières: il y a une mauvaise répartition des pressions et surtout cette répartition va changer au gré des changements de position du cavalier ! C'est le principe du skieur qui rajoute de la pression sous ses pieds par une flexion et soulage ses skis par une extension.

Dans le même ordre d'esprit, l'arçon de selle anglaise n'est pas vraiment fait pour être chargé. Le poids des sacoches bien pleines va à l'encontre de son mode d'action. Pour peu que l'on veuille placer un boudin arrière bien chargé avec le bissac et on transforme notre superbe selle en hors-bord !

Le sanglage traditionnelle de ce type d'arçon est limité: souvent trop près des coudes il n'empêche pas la selle de se soulever à chaque fois que le cavalier se redresse au trot enlevé.

Enfin, l'arçon de selle anglaise est une fabrication délicate et sophistiquée: il est difficilement réparable et en tout cas relativement fragile. Susceptible de se déformer, il se casse en cas de choc ou d'écrasement (cheval qui se roule ou qui tombe !). Il est plus sensible au vieillissement même si une bonne selle anglaise peut servir 20 ans sans problème ! C'est la raison pour laquelle les garanties dépassent rarement 5 ans pour les meilleures marques. Ajoutons  que ces arçons (en tout cas ceux de qualité !) sont chers ce qui se ressent évidemment dans le prix final de la selle finie d'autant plus que celle-ci demande plus de technicité et de temps pour sa fabrication.

Haut de la page

L'arçon rigide ou indéformable:

Cette famille est constitué de la majorité des selles à travers le monde. Historiquement, le bois est le matériau commun à tous mais pour ce qui concerne nos selles de randonnée modernes, on rencontre plutôt des matériaux composites comme le polyester (fibre de verre), la fibre de carbone, le polyuréthane et le polyéthylène (plastique souple). Les 2 premiers sont constitués de couches de fibres rigidifiées par un mélange de résine, ils sont donc creux tandis que les 2 autres sont injectés sous pression dans un moule, ce sont donc des pièces monoblocs pleines.

Les avantages:

Le plus évident est leur solidité, bien qu'il faille nuancer en fonction du matériau et de la qualité de la fabrication. Leur conception  leur donne une cohérence qui leur permet de supporter des efforts conséquents.

Le confort de ce type d'arçon va dépendre non plus de sa souplesse mais directement de sa forme, autant côté cheval que du côté cavalier. Si sa forme est réussi, c'est le top du confort pour le cavalier, sachant toutefois que ces arçons sont d'abord fait pour une position assise et que c'est donc aux allures assises qu'on les appréciera le plus. Étant plus larges que les arçons souples, ils offrent une surface de siège souvent plus grande et permettent donc une position plus reposante: le cavalier n'a pas d'effort à faire pour « se porter » ce qui semble logique quand on monte à cheval ... sinon on marche à pied ! La position sera donc plus naturelle et surtout plus économique pour les jambes qui doivent tomber de leur propre poids. Le revers de la médaille est que, l'arçon étant plus large, il faut une petite adaptation musculaire (abducteurs) au cavalier venant de la selle anglaise.

Le siège avec son troussequin, souvent assez haut, est sécurisant.

Cela fait aussi partie du confort du cavalier, la facilité d'accrochage du paquetage et de tous les accessoires possibles est supérieure à celle des arçons souples. Mais le principal avantage à ce niveau est la possibilité de solidariser l'ensemble arçon-sacoches ce qui, non seulement accroît la fiabilité de l'ensemble, mais surtout constitue un poids beaucoup plus « cohérent » sur le dos du cheval qui n'a pas l'impression de transporter une épicerie en vrac sur le dos !

Si la surface portante est souvent supérieure, là encore l'avantage de l'arçon indéformable est qu'il va répartir son poids sur l'ensemble du contact qu'il aura avec le dos du cheval.

Ceci est conforté par un sanglage souvent plus reculé et donc plus vers le centre de l'arçon. Ils sont d'ailleurs souvent  équipés de sanglage de type « 3 points » bien qu' on commence à voir certains arçons souples qui en sont pourvus aussi.

Enfin, n'oublions pas la possibilité de monter une corne sur un arçon rigide ce qui est souvent apprécié par beaucoup de randonneurs et ce qui n'est pas possible sur un arçon souple.

Arçon plein: selle américaine en polyéthylène injecté Arçon creux :selle américaine en polyester Arçon creux Mac Clellan en polyester

Les inconvénients:

La qualité de l'arçon est variable:  Le plus courant sera le polyester (fibre de verre) : la plupart sont fabriqués artisanalement par le sellier lui-même. Il est aisé de comprendre que selon la rigueur et la maîtrise de celui-ci, la qualité de l'arçon peut varier. On rencontre souvent des problèmes de symétrie. De plus le polyester supporte mal les perçages (fixations du sanglage et des attaches pour les sacoches et le harnachement, couteaux d'étrivières ...); et surtout, il n'aime pas les torsions que subissent tous les arçons et qui provoquent des microfissures dans la résine et altèrent son vieillissement. Ceci est accentué par le fait que les selliers qui fabriquent eux-mêmes leurs arçons, utilisent un tissu de fibres appelé MAT dont la trame est à 90°. Celle-ci rigidifie les arçons et supporte très mal les flexions et en particulier celles qui ne sont pas dans le sens de la trame. L'ajout de renforts métalliques noyés dans la résine permet de résoudre en partie le problème des vis qui s'arrachent mais alourdit et rigidifie beaucoup l'ensemble. S'il est réparable "théoriquement", en rajoutant de la résine et de la fibre de verre, c'est irréalisable en pratique la plupart du temps ! Enfin, il est toujours constitué de 2 parties collées l'une sur l'autre, ce qui le fragilise au niveau de la jonction.

La fibre de carbone est plus solide et plus souple mais plus chère. En fait, elle est très peu utilisé pour la fabrication des arçons quoiqu'en disent certains selliers car elle nécessite une technologie plus pointue ! De nouveaux modèles devraient apparaître prochainement mais ne sont pas encore commercialisés.

 Le polyuréthane est le plus léger et il réagit relativement bien au vissage mais reste friable sur un grand choc, donc très fragile et on ne trouve que des arçons de mac Clellan.

 Le polyéthylène est de loin le plus fiable mais l'offre est limité quand aux choix de formes possibles. Plus léger que le polyester, pratiquement incassable car il est monobloc, (on n'en a vu qu'un  de brisé en 25 ans , après plus de 1800 selles fabriquées !) . Il est réparable au même titre que le polyester. Malgré qu'il soit plein, il est plus léger que la fibre de verre. Notons qu'il est biodégradable ce qui n'est pas à négliger à notre époque.

L'arçon, étant rigide, offrira évidemment un contact ferme pour le dos du cheval . Il faut donc impérativement être très vigilant sur l'emplacement de l'arçon sur le cheval , généralement plus en arrière, et surtout choisir un tapis conséquent qui remplacera le rôle des matelassures d'une selle anglaise. Un tapis fin de selle anglaise ne peut pas servir pour une selle à arçon rigide. Une longueur bien adaptée et surtout pas trop longue est essentielle pour éviter un effet de pont avec un appui excessif aux extrémités et pas assez de contact au milieu ce qui est évidemment catastrophique !

Le contact du siège est bien sûr ferme lui aussi, même si la tendance de proposer des sièges « commerciaux » est bien installée (le siège « commercial » est un siège où on augmente exagérément l'épaisseur de mousse du siège pour faire croire qu'il est confortable !), il demande donc un bassin actif qui accompagne le cheval. Un cavalier venant de la selle anglaise aura toujours besoin d'une période d'adaptation et devra ré-apprendre à s'asseoir. De toute façon, ce type de siège sera toujours plus ferme: la différence de confort ne se fera sentir que sur la longueur !

Haut de la page

LES ARCONS FLEXIBLES:

La première question qui vient à l'esprit c'est, bien sûr, pourquoi ces arçons ne sont pas rentrés dans la catégorie des "souples" ? En fait il s'agit bien d'une catégorie à part: apparus très récemment sur le marché et encore plus récemment en France, il s'agit d'arçons "rigides" dont on a modifié la composition pour les rendre "flexibles". On trouvait à ce jour uniquement des modèles de selles américaines haut-de-gamme fabriquées avec ce type d'arçon jusqu'au jour où nous sommes intéressés à la question et Guichard-sellier est actuellement la seule marque de selles de randonnée qui peut proposer des arçons flexibles. Alors, enfin l'arçon idéal ? Presque mais il faut moduler selon l'utilisation et le type de cheval malgré l'énorme progrès apporté par cette nouvelle technologie. Il faut dire que comme la plupart de nos fabrications, nous avons testé personnellement (6 mois) le produit en résistant à la tentation de vendre la mèche plus tôt ... mais on a tenu bon et préféré essayer tranquillement avant d'en parler et de l'ajouter à notre catalogue !

Les avantages:

Ils sont flagrants ! Tout en gardant les qualités de portance des arçons rigides ainsi que toutes les possibilités d'attaches, les même possibilités de sanglage et bien sûr les mêmes formes de siège, ils apportent un confort nettement supérieur pour le cheval et le cavalier.

 L'arçon se déforme longitudinalement, mais aussi en torsion ce qui lui permet "d'absorber" les mouvements du dos sans le heurter. De plus, fini les selles qui font le "pont" sur un dos creux puisque l'arçon va descendre naturellement pour prendre sa place. Pas de problème non plus pour avoir une corne sur un arçon flexible alors que c'est plutôt hasardeux sur un arçon souple. Pour le cavalier, c'est le confort du "rigide" monté sur pneumatique ! Le trot assis devient  une sorte d'état second dans lequel on pourrait faire le tour de la terre !

Ajoutons, que les arçons flexibles sont un peu plus légers (densité plus faible) que leurs homologues rigides ... et c'est toujours çà de pris !

Les inconvenients:

Bien que mineurs, il y en a aussi ! Le plus évident que nous ayons constaté est que ce type d'arçon est un peu moins stable que le même en version rigide  pour les chevaux très ronds sans garrot apparent . Pour l'avoir testé  en montagne sur une jument au garrot noyé, cela reste très supportable si l'on prends les précautions nécessaires et donc l'équipement adapté (bricole, croupière ou avaloire).

Même si ce n'est pas réellement un inconvénient, nous pensons que dans le cas de selle de voyage destinées à porter du poids pendant de très longues périodes, les avantages du flexible s'estompent par rapport au rigide qui restera quand même toujours plus fiable et surtout, la répartition des charges sera plus constante.

Haut de la page

Quelques cas particuliers:

Arçon Mac Clellan:

L'arçon de la selle Mac Clellan, qui est une selle d'arme américaine (cavalerie nordiste pendant la guerre de Sécession, les 1ers arçons connus datent de 1859 !), est une particularité dans le monde des selles. C'est bien sûr un arçon rigide mais il est plus étroit qu'une selle anglaise ce qui fait que la position est très droite; il est aussi ouvert au milieu ce qui fait que le cavalier est assis directement sur les bandes d'arçon; très court, assez aigu à l'avant, le pommeau est très haut et le siège particulièrement encaissé. Peu de portance, il est recommandé plutôt pour des chevaux au garrot sorti: les chevaux de l'époque montraient souvent leurs côtes sans complexe. Les sacoches arrières sont posées directement sur les reins du cheval sauf si on est équipé du crochet adéquat.

Tout cela se comprend quand on connait le pourquoi de cette selle: c'est avant tout une selle militaire ! Elle doit donc être solide, économique et sans entretien. Il n'est pas nécessaire qu'elle puisse porter des bagages (éventuellement des fontes et une couverture à l'arrière). Les soldats recrutés et affectés à la cavalerie nordiste n'étaient pas tous des bons cavaliers, loin de là, les meilleurs étant plutôt chez les sudistes ! Il fallait donc un arçon sécurisant permettant à un débutant de tenir à toutes les allures sans trop de difficultés y compris pour charger au galop fusil en main. Enfin n'oublions pas que le soldat n'était pas sensé se plaindre du mal de fesse ... on pouvait donc se permettre de l'asseoir directement sur le bois de l'arçon ! Il y en a qui aime, d'autres pas !

On trouve sur le marché des  selles bas-de-gamme importées de l'Inde et du Pakistan (arçon bois ou polyester) tout juste bonnes à mettre sur un tréteau. La plupart des modèles corrects ont des arçons en polyester ou en polyuréthane et sont faites à l'unité artisanalement.

Arçon de selle d'arme avec siège suspendu:

C'est une exception: arçon rigide mais siège « souple » puisque suspendu entre 2 arcades . Ce type d'arçon a été repris par beaucoup d'armées européennes et était encore en usage courant lors de la 1ère guerre mondiale. Un modèle particulier avec des battes articulées a été mis au point par la cavalerie portugaise et « modernisé » par un sellier français qui a eu son heure de gloire: la sellerie ONER, aujourd'hui disparue. L'idée paraissait séduisante sur le papier mais offrait finalement trop d'inconvénients dans la pratique: cavalier trop loin du cheval, bassin coincé au fond du siège, battes qui pincent les garrots noyés etc...

Et la selle sans arçon ?

An siècle dernier, on l'appelait la bardette, elle était utilisée par les paysans pour aller à la foire et beaucoup de cavaliers qui ont débuté en poney-club s'en souviennent encore !

Il existe actuellement une vogue en équitation de loisir, d'une selle totalement souple sensée porter au comble les sensations du cavalier et sûrement du cheval. Pourquoi pas ? A priori, il semble que ces cavaliers ne sortent pas de la carrière et surtout restent sur le plat: les vrais randonneurs ne sont donc pas vraiment concernés. Les quelques expériences de grande randonnée avec ce type de selle ce sont avérées catastrophiques pour les chevaux qui sont arrivés avec le dos couvert de plaies . Nous pensons plus particulièrement à une expédition de promo qui est partie d'Allemagne jusqu'en Suède avec des Fjords qui sont arrivés dans un tel état que des cavaliers scandalisés se sont groupés pour empêcher le retour avec les mêmes selles ...!

L'idée parait séduisante au 1er abord, mais l'argumentaire de ses promoteurs n'est pas très cohérent et rappelle étrangement les grandes théories du New-Âge des années 80. L'arçon serait un instrument de torture uniquement au service de méchants cavaliers qui n'aiment pas les chevaux ...

Le rôle d'un arçon est de répartir le poids du cavalier et surtout de dégager l'échine (en particulier les apophyses épineuses des vertèbres dorsales) point essentiel de la santé du cheval. Dans son essai d'ostéopathie équine qui fait référence, le docteur Giniaux dit: "il parait évident que la répartition du poids du cavalier ait un retentissement sur l'équilibre général du cheval ".Or une selle sans arçon, qui n'est en fait qu'un tapis "habillé" en selle ne peut respecter correctement cet impératif. Elle est d'abord trop mobile (elle a forcément tendance à avancer vers les dorsales 9, 10 et 11) et surtout elle s'écrase sous  l'action du cavalier. L'appui se fait obligatoirement sous le cavalier (15 à 20 cm max) et le cheval "encaisse" tous les mouvements directement sur sa colonne ! C'est moins pire s'il reste assis, mais s'il se lève sur les étriers, la pression ne se fera plus que sur une portion encore plus réduite. Pour preuve, les promoteurs de ce type de matériel recommandent un tapis spécial, quasi-obligatoire, rembourré fortement à l'endroit des bandes d'arçon ce qui éloigne sérieusement le cavalier du cheval alors qu'il est sensé être "au plus près" et surtout qui montre que la selle sans arçon est dangereuse pour l'intégrité de la colonne vertébrale .

  La plupart des marques commercialisées depuis peu en France conseillent l'utilisation systématique d'un montoir...  En fait, il s'avère que la selle tourne très facilement, ce qui est logique ... puisqu'il n'y a pas d'arçon - elle avance aussi beaucoup, ce qui est plus grave ! De plus, ils proposent, en "option fortement conseillée", un troussequin rigide et une arcade de pommeau (petite armature polyester dans une housse copiée des modèles de selles synthétiques), la selle sans arçon aurait-elle besoin d'une structure ? Si on attends un peu, on va bientôt proposer des bandes d'arçon et la boucle sera bouclée ! Quoique avec les tapis renforcés , on y est pas loin. Certaines marques déconseillent l'usage à des cavaliers trop lourds ce qui laisse à penser qu'ils ont eux-mêmes un doute ...

Pour un cavalier averti, cela ressemble plus à une magistrale opération marketing  surtout quand on examine les prix de près, qu'à un progrès réel dans la sellerie. Il s'agit de recycler la selle des gauchos d'Amérique du Sud à la mode occidentale en faisant croire qu'on vient d'avoir une idée de génie. Il y aurait beaucoup à dire comme par exemple sur la position du sanglage beaucoup trop avancée, mais ce n'est pas l'objet de cet article. Pour nous, sellier spécialisé dans la randonnée, c'est-à-dire au-delà que le "tour du jardin", la selle sans arçon ne peut avoir d'intérêt que pour de la mise en selle et pour une activité ludique et ne concerne pas directement la randonnée équestre.

              Par contre, peut-on mettre dans cette catégorie la fameuse selle type « recado » qu'utilisent les gauchos d'Amérique du sud ? Sorte de housse de cuir rembourré de roseaux , de crins ou de laine, et recouverte de peaux de moutons . Les tubes -matelassures sont tellement durs qu'ils peuvent être considérés comme des battes d'arçon semi-rigides qui seraient reliées par une bande de cuir souple. Arçon souple ou rigide, c'est encore un compromis entre les 2 . Nous avons testé personnellement ce type de selle lors d'une rando en Uruguay avec des gauchos professionnels du rodéo (appelé là-bas "crioja") autant dire des cavaliers exceptionnels. Rien à dire du point de vue confort d'autant plus que la peau de mouton "cojinillo" traditionnelle assure du moelleux plus qu'il n'en faut ! Par contre, les selles sont très mobiles sur le dos du cheval criollo et tournent facilement: il faut ressangler régulièrement et même descendre à terre pour replacer tout le sanglage qui se fait par noeud de cravate. De plus, elles ne sont pas adaptés à des garrots saillants car sinon c'est la blessure assurée du fait que les selles avancent à la moindre descente ! Mais le plus évident est que ce type de selle, sans arçon, demande au cavalier d'être ASSIS en permanence: pas question de trot enlevé ou de galop en suspension sous peine de prendre des options sérieuses en voltige...

Ce type de selle sans arçon exige d'être sanglée au milieu pour qu'elle tienne un minimum en place, ce qui déporte la sangle sur le ventre du cheval ! Cela surprend un peu au début, mais les chevaux supportent très bien ce qui prouve encore une fois qu'on peut jeter nos certitudes équestres au panier ... voir photo centrale ci-dessous :

Haut de la page

 

Selle type  Recado (Uruguay)

Arçon mongol (aout05)

 version "modernisée" avec le sanglage traditionnel au centre

Selle type Recado "moderne" (Argentine)

 

Arçon Kirghize monobloc Arçon selle d'arme portugaise à bandes articulées Arçon selle Turkmène Arçon Turkmène vue du pommeau

Et les arçons Guichard-Sellier ?

Arçons souples: la gamme EVOLUTION

Conscient que les arçons souples de selle anglaise classique n'étaient pas appropriés pour la randonnée nous avons voulu proposer le meilleur compromis possible entre confort et technique de rando. Pour cela nous avons choisi de travailler sur des arçons en « bois-composite » mis au point par l'Arçonnerie Française, l'un des 1er fabricants mondiaux d'arçons. Les arçons en « bois-composite » (voir photo en début de l'article) nous ont permis de gagner du poids même par rapport à une selle anglaise traditionnelle grâce à la suppression des lames d'acier longitudinales. Nous avons donc gagné aussi en souplesse et il n'existe pas actuellement sur le marché d'arçon plus confortables que ceux-ci. Enfin, ils sont également plus solides grâce au procédé spécial de rotation des couches de bois de hêtre pressurés à chaud.

Sur les modèles TREC un nouveau sanglage a été mis au point pour stabiliser la selle et proposer ainsi une sorte de « 3 points » fixe. Le modèle TOURISME EQUESTRE est lui, équipé d'un système « 3 points » classique comme sur n'importe quel arçon rigide.

Enfin, nous pouvons proposer depuis 2005 des ouvertures d'arcades adaptés aux garrots noyés y compris pour des chevaux de trait.

Pour plus de renseignement sur cette fabrication "haut-de-gamme" visitez le site du fabricant: L'Arçonnerie Française

Arçons rigides: gammes MONTSEGUR,  TRAPPEUR et  LONGUE-DISTANCE.

Nous avons choisi le polyéthylène injecté sous pression pour nos arçons rigides (brevet USA). C'est-à-dire qu'ils nous permettent d'offrir les meilleures garanties qui existent  et en même temps un confort incomparable. La corne, quand il y en a une, est en fonte solidaire de l'arçon. Les passages d'étrivières sont inarrachables. Ces arçons nous permettent tout type de sanglage sans exception.

Enfin, ils sont parmi les plus légers du marché.

Arçons flexibles: ils sont une option pour les modèles LONGUE-DISTANCE, TRAPPEUR et MONTSEGUR. Il s'agit toujours de polyéthylène injecté sous pression mais la composition chimique a été modifiée pour leur donner une souplesse sans les fragiliser. La corne, quand il y en a une est en fonte et noyée dans l'arçon.  Quand au confort et la sensation de contact, c'est réellement un plus que seuls les utilisateurs d'arçons souples connaissaient ! Leur succès actuel ne se dément pas et les cavaliers qui le testent deviennent vite des inconditionnels ...

Haut de la page

En guise de conclusion:

Ne comptez pas sur nous pour vous dire quel est le meilleur arçon: il n'y en a pas !

Vous avez compris en lisant ce qui précède que le choix de l'arçon est déterminé par ce que vous voulez faire avec, mais aussi par votre type de cheval. Il y a quand même quelques idées qui semblent acquises.

Un cheval au garrot particulièrement sorti et reculé ne supportera qu'un arçon de selle anglaise (sauf les exceptions Mac Clellan et certaines selles d'arme) alors qu'un arçon rigide sera seul susceptible de « tenir » sur un cheval au garrot complètement noyé moyennant quelques précautions.

Si vous voulez faire le tour du monde en autonomie, tournez-vous obligatoirement vers les arçons rigides sous peine de déboires, mais si voulez travailler sur le plat en semaine, partir en WE en dormant en gîte et faire l'Equirando en été, arçon souple, flexible ou rigide, tout est possible !

Vous tenez aux allures enlevées et vous ne supportez pas le trot assis. Vous sortez régulièrement mais jamais plus de 3 heures ... restez sur un arçon souple

Vous débutez et privilégiez le sentiment de sécurité: un arçon rigide un peu creux vous ira parfaitement.

Vous avez l'habitude d'attacher 1000 et 1 choses indispensables pour de longues étapes de montagne: n'hésitez pas, c'est l'arçon rigide qui vous comblera

Vous placez la légèreté au 1er plan, tant pour le matériel que pour les sensations, choisissez un arçon flexible ou souple ... etc

Votre cheval est rond comme un tonneau, vous n'avez pas le choix, il vous faut du rigide !

Cavalier habitué aux selles anglaises, vous voulez passer à la rando sur du matériel qui permettent de garder vos sensations: pensez au flexible ...

Montségur Classic II  arçon flexible et court

  Evolution TREC avec un arçon souple en bois composite

Longue-Distance avec une corne sur arçon rigide polyéthylène

Mis en ligne le 12 février 2005  - Dernière Mise à jour le 13 décembre 2007   Haut de la page
Tous droits réservés - Toute utilisation éventuelle , totale ou partielle, est soumise à l'autorisation préalable de son auteur - Correspondance : 
The F.A.Q du SELLIER

Comment prendre des mesures ?

La gamme GUICHARD-SELLIER: une selle pour chaque randonneur !

La selle des baroudeurs:

LONGUE-DISTANCE  

Les limousines de la Gamme MONTSEGUR:

COUNTRY CLASSIC II

Les anglaises de la Gamme EVOLUTION:

TREC TOURISME EQUESTRE

Les "spéciales"

gamme GT SP  Chevaux de TRAITS

FAQ spéciale selles d'occasion

Les BATS de RANDONNEE LES ACCESSOIRES LES TAPIS
LES ETRIERS LES SANGLES SELLES DISPONIBLES
LES SACOCHES LA BRIDERIE CONSEILS PRATIQUES
Les AFFAIRES à FAIRE La GAZETTE Le JOURNAL du SELLIER
ALBUM PHOTO Carnets de VOYAGES à CHEVAL Les RANDOS du SELLIER

 

Retour à l'ACCUEIL

plan du site